Bilan Carbone Neutre

Evolution et histoire

  1. De la "suscription"* à l'enveloppe.
    • L'Espagnol et le Portugais ont conservé le nom " suscription " (" sobrescrito "), dérivé à l'apocope " sobre ", l'équivalent du français " enveloppe " (adopté par l'anglais comme " envelope ").
    • Le Portugais aussi a maintenu, jusqu'à aujourd'hui, le terme "sobrescrito" en référence à l'enveloppe, bien que dernièrement le langage professionnel préfère celui importé, " envelope ".
  2. La première enveloppe, comme Adam, fut modelée de la glaise du sol.
    • Au-delà des mots qui, eux aussi, font l'histoire, il convient de revenir 4 000 ans en arrière dans l'histoire de la "couverture" de la lettre. Apparemment, l "enveloppe" la plus ancienne, et dont nous avons un témoignage, a été le recouvrement en terre cuite utilisé par les Babyloniens aux alentours de 2000 A.C. pour rendre les messages officiels des "lettres" inviolables.
    • Mais l'enveloppe, telle que nous la connaissons aujourd'hui, est un objet moderne ; elle a des ancêtres plus proches et surgit par heureuse coïncidence au croisement de plusieurs éléments : courriers organisés, substitution économique du parchemin par le papier et prédominance de la bourgeoisie européenne. Ce croisement d'éléments a amené naturellement à l'enveloppe.
  3. Lettre sous enveloppe, une courtoisie française.
    • Que la lettre pliée (le pli) soit courante au moyen-âge en Europe est chose confirmée par nombre de témoignages graphiques ; mais il faut attendre, par des témoignages écrits, jusqu'au XVIIè siècle, pour que la société européenne trouve convenant d'habiller la lettre nue : Antoine de Courtin, dans son Nouveau traité de civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens (de 1671 !) signale que l"enveloppe" en papier sur laquelle on indique l'adresse de la lettre est signe de respect envers le supérieur à qui l'on s'adresse". Il peut s'agir du premier témoignage écrit du mot "enveloppe" en papier comme antécédent de ce qui est aujourd'hui une enveloppe. La cour de France étant alors la référence en cours pour les classes dirigeantes européennes, il n'y a rien d'étonnant à ce que l'enveloppe Française traversât La Manche et que l'invention fût accompagnée de son nom ("enveloppe", envelope en anglais).
  4. Enveloppe et timbre, impératif de l'Illustration.
    • Il faut imaginer l'anarchie des courriers avec des lettres et des pliages en tous genres, des adresses imprécises, des villes sans nom de rue... pour comprendre la volonté de rationalisation de l'Assemblée française (1792) obligeant à mettre l'adresse du destinataire pour qu'un agent du gouvernement n'ait pas à ouvrir le pli pour savoir à qui la lettre est adressée.
    • Allant plus loin, le 26 février 1820, l'Assemblée constituante française a décidé de rationaliser le territoire en départements et donner un nom aux rues de Paris et de leur mettre une légende. Bien que jusqu'en 1830, le courrier n'était pas distribué à domicile.
    • En 1837, Rowland Hill publia à Londres un opuscule intitulé "Post Office Reform", its importance and practicability dans lequel il prônait l'introduction d'une couverture uniforme pour l'affranchissement. Ainsi est apparu le timbre le plus célèbre de l'histoire : celui de la reine Victoria représentée à 18 ans, resté en vigueur au Royaume-Uni durant les soixante années que dura son règne.
  5. La première enveloppe pré-affranchie.
    • A cette époque, le coût du courrier en fonction du nombre de plis constituait une barrière mentale à l'invention de l'enveloppe en tant que protection. En fait, que le transit de la correspondance devenait coûteux, plus en raison de l'anarchie des plis que par le nombre de ceux-ci, ce qui fit penser qu'une couverture uniforme avec un espace pour l'adresse et l'affranchissement faciliterait le service du courrier.
    • Ainsi en Angleterre on arriva à l'"envelope Mulready". W. Mulready , membre de la Royal Academy, gagna en 1840 un concours officiel d'idées avec une couverture standard et affranchissement payé. Elle ne vit pas le jour pour son esthétisme, mais permit une liberté qui perdura jusqu'à de nos jours. En 1848, en France, on imposait par décret l'obligation de coller des timbres sur les enveloppes dans l'angle supérieur droit des objets affranchis.
  6. Timbres : obligés, mais libres.
    • Pendant ce temps, non par hasard, en 1843, un dénommé Pierson à Fulton Street, New-York, réfléchissait à la manière de couper le papier avec une virole en acier et, une fois plié et encollé, de produire des enveloppes de façon industrielle, jadis impensable avec des procédés manuels. Tout ce XIXè siècle vit surgir en Europe et aux Etats-Unis de géniaux créateurs de procédés mécaniques de fabrication permettant de faire évoluer les travaux manuels vers des procédés mécanisés en appliquant des solutions de l'industrie graphique à un produit plus complexe qu'un simple pli. Ce monde, celui de la "manufacture d'enveloppes", a été déjà décrit avec précision par Karl Marx dans LE CAPITAL (1868) : processus qui sont restés en vigueur jusqu'au cours du XX siècle.
  7. Enveloppes, place à l'imagination.
    • Il est intéressant, d'un point de vue historique, de constater qu'au milieu du XXè siècle, le monde de l'enveloppe était ce qu'il y avait de plus semblable à ce que K. Marx décrivait 100 ans auparavant : une industrie strictement "manufacturière". Mais au milieu du siècle, les innovations se multiplient, non seulement techniques - dans les procédés de pliage, d'impression et de gommage - mais aussi dans l'approvisionnement de matières premières (une très large gamme de papiers et autres matériaux) et, surtout, dans les modes de penser : usages de l'enveloppe en tant que support publicitaire et de vente qui se traduit par sa capacité maximale au niveau de la conception et de la fabrication. Ce qui est encore vrai aujourd´hui.

Index de: L'enveloppe, tout un univers

L'enveloppe, tout un univers

Associations nationales et internationales, via leurs organismes, publications et congrs, sont les tmoins de la ralit, de l'volution du monde de l'enveloppe et de ses fabricants.

[Continuer la lecture]

Le langage des enveloppes

Enveloppes Communicantes

"Ouvrez-moi !" et "Répondez !" sont deux mots magiques que les créatifs et les professionnels de Marketing tentent de faire dire à leurs enveloppes d'envoi et de réponse.
Le vocabulaire des enveloppes n'en reste pas là, parce que dans l'enveloppe, tout est message.

[Continuer la lecture]